Vache à lait!

01/01/2016 18:50

Alors qu'il se dirigeait en grand équipage vers Bruxelles pour une visite officielle, le cortège impérial s'arrêta sur la route de Compiègne à Saint-Quentin à la hauteur d'une maison rustique car l'Empereur veut boire du lait frais.

A l'arrivée de cette escorte armée imposante, le pauvre paysan habitant la masure alla se cacher dans les buissons tout près pour observer les soudards, effrayé de voir autant de monde s'approcher de sa maison.

Lorsque les aides de camp entrèrent dans la maison pour convier le paysan à servir son invité imprévu, ils ne trouvèrent personne car le paysan apeuré resta caché. Ils fouillèrent la maison et trouvèrent un pot de lait dans une des armoires qu'ils s'empressèrent de servir à leur maître, mais ce dernier n'en voulut pas et le jeta par terre, brisant le pot. L'Empereur demanda alors si le paysan possédait des vaches.

Oui, Sire! Il y en a deux dans l'étable.

Eh bien, il faut les traire!

Les soldats s'exécutèrent, mais les bovins, effrayés eux aussi, ne voulurent pas l'entendre de cette oreille et ruèrent à chaque tentative d'approche des laitiers improvisés. Devant l'impatience de l'Empereur, ils durent se résoudre à l'informer de l'impossibilité de traire les animaux récalcitrants. C'est à ce moment qu'un des militaires fit une proposition:

Eh bien! Tuez les vaches, On les traira après!

À ces paroles, le paysan sortit de sa cachette et implora la soldatesque de ne pas trucider ses bonnes vaches, unique source de ses maigres revenus. A sa vue, les hommes de l'Empereur l'entourèrent et lui expliquèrent la visite inopinée et l'envie lactée impériale. Devant sa méprise, le pékin ne se fit plus prier pour aller illico traire ses génisses et présenter un beau verre de lolo frais.

Lorsque son illustre visiteur remonta dans sa berline, on jeta au paysan une pièce de 100 sous pour l'indemniser de sa frayeur, de la casse occasionnée, du lait versé et du lait frais offert.

Contact

Frank Grognet Nivelles
Belgique
hussardises@gmail.com