Rendez-moi mes berlines

07/07/2015 23:14

Au soir de la défaite de Waterloo, Napoléon a dû abandonner, bloqué par les embouteillages de la déroute générale, ses deux voitures et ce qu'elles contenaient. Les équipages de la Maison de l’Empereur sont alors capturés par les troupes prussiennes.

La première voiture de l'Empereur est la dormeuse.

Elle fut subtilisée par un officier prussien qui la ramena tout simplement chez lui. Elle fut ensuite vendue en Angleterre où elle fit la joie d'un musée londonien et fut exhibée dans une tournée à travers le pays. Elle sera finalement achetée par le célèbre musée de Madame Tussaud où elle disparaîtra dans un incendie accidentel en 1925. Il reste un essieu carbonisé qui est toujours exposé dans les écuries de Malmaison.

La seconde voiture de l'Empereur est le landau en berline.

Cette berline avait été utilisée lors de la Campagne de Russie. Au soir de Waterloo est devient le trophée du Feld-maréchal Blücher. Sa famille va la conserver pendant près de 158 ans avant de la donner au musée de la Malmaison en 1973 où elle y est toujours conservée.

En plus des voitures, les soldats prussiens ont saisi des affaires personnelles comme du linge de corps mais aussi des objets mythiques comme les fameux bicorne et redingote grise, mais encore un manteau d’apparat, une épée de rechange et des décorations. Blücher écrira dans un lettre envoyée depuis Gosselies à sa femme le 25 juin 1815:

Notre victoire est la plus complète jamais obtenue. Napoléon s'est dérobé en pleine nuit sans chapeau et sans épée. J'envoie d'ailleurs son chapeau et son épée aujourd'hui même au Roi. Son superbe manteau d'apparat ainsi que sa berline sont entre mes mains et sa longue-vue, avec laquelle il nous observait le jour de bataille, est également en ma possession. Il s'était installé dans sa berline et s'apprêtait à gagner l'arrière quand nos troupes le surprirent. Il sauta de la voiture pour se jeter sur son cheval, sans son épée et en perdant son chapeau dans l'action, puis, à la faveur de la nuit noire, il s'échappa Dieu seul sait où.

Blücher les offrira au musée de Berlin où ils resteront jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. L’Armée Rouge les enlèvera en 1945 comme butin de guerre en compensation des destructions artistiques subies par l’URSS.

Il semblerait également que mis à part les voitures capturées sur le champ de bataille de Waterloo, certains équipages tombèrent au pouvoir des Prussiens à Genappe et parmi eux il y avait un carrosse ayant servi au sacre de Napoléon à Milan en 1805 et destinée à servir à son entrée à Bruxelles en cas de victoire.

Le carrosse fut ramené à Vienne où il fut adapté (changement de couronnes et d'armoiries). Ce véhicule est actuellement exposé dans le Musée de la Wagenburg à Vienne, derrière le château de Schönbrünn.

Contact

Frank Grognet Nivelles
Belgique
hussardises@gmail.com