L’ingratitude ne paie pas

12/12/2015 20:21

Laure Adelaïde Constance Permon n'était pas destiné à rester dans l'histoire mais son mariage avec un certain Junot va la propulser au devant de la scène pour devenir Madame Junot, Duchesse d'Abrantès.

Malgré les largesses prodiguées par l'Empereur envers de son mari, elle n'hésitera pas à se répandre en sarcasmes et calomnies envers Napoléon qui l'a surnommera la petite peste. Grâce à sa beauté et à son esprit caustique et son extravagance, elle ne tarde pas à se faire remarquer. Elle deviendra même la maîtresse de Metternich, Ambassadeur d'Autriche à Paris. Elle fut également connue pour être extrêmement dépensière et lorsque son mari évolua rapidement vers la folie, elle participa activement à la restauration des Bourbons sur le trône de France en 1814.

Mais la Restauration ne va pas favoriser sa fortune et elle va lentement sombrer vers l'indigence à la fin de sa vie. Elle fut la maîtresse du jeune écrivain, Honoré de Balzac, qui l'aidera à rédiger des romans et notamment ses Mémoires pour lesquelles elle refusera de reconnaître sa juste participation. Honoré la quittera finalement. Théophile Gauthier lui donnera un surnom complémentaire à Napoléon: la duchesse d'Abracadabrantesque.

Elle finira dans la misère abandonnée de tous et mourra dans une mansarde au sein d'un hôpital.

Contact

Frank Grognet Nivelles
Belgique
hussardises@gmail.com