Le régiment des barbus

21/12/2016 23:00

L'épopée napoléonienne est jalonnée de héros discrets qui ont aidé à façonner la légende impériale. L'Histoire n'a pas retenu tous leurs noms mais la mémoire de certains reste quand même vivace dans leur pays d'origine.

C'est le cas de Berek Joselewicz, Polonais d'origine juive, qui, de simple commerçant, deviendra colonel de l'armée polonaise et officier de la légion polonaise en Italie sous Napoléon.

Après le deuxième partage de la Pologne en 1793, le peuple se révolte en 1794, mené par le général polonais Tadeusz Kościuszk. Ce sera un échec et se terminera dans un bain de sang avec le massacre de Praga où 20.000 civils des faubourgs de Varsovie seront assassinés par les soldats russes, ivres de vengeance.

C'est durant cette insurrection que Berek organise un bataillon juif de cavalerie légère un peu particulier. Tout d'abord, le recrutement se fit au travers d'un appel à la mobilisation écrit en Yiddish auquel 500 hommes répondront pour former un régiment. Les traditions religieuses juives seront respectées au sein du régiment, comme la nourriture cachère, la célébration du sabbat ou encore le port de la barbe. C'est ainsi que l'on surnommera ce régiment, le régiment des barbus. Il sera exterminé lors de la défense de Varsovie, mais Joselewicz survivra et rejoindra l'Italie pour se battre avec la légion polonaise servant dans l’armée française. Il participera plus tard à de prestigieuses batailles napoléoniennes comme Hohenlinden (1800), Austerlitz (1805) et Friedland (1807). Il mourra finalement au cours d'une escarmouche avec l'armée autrichienne à Kock en Pologne en 1809. Cet événement donnera lieu à un proverbe polonais:

Étendu comme Berek à Kock

Ce qui signifie être dans une situation sans espoir.

Mort de Berek Joselewicz par Henryk Pillati

Contact

Frank Grognet Nivelles
Belgique
hussardises@gmail.com