Animal Farm

18/03/2017 11:03

En 1945, le romancier George Orwell publie un court ouvrage devenu célèbre intitulé La Ferme des animaux (Animal Farm) qui décrit une ferme dans laquelle les animaux se révoltent, prennent le pouvoir et chassent les hommes. Il s'agit d'une fable animalière par laquelle l’auteur propose une satire de la Révolution russe et une critique du régime soviétique, et plus particulièrement du stalinisme.

Dans ce livre satyrique d’Orwell, les cochons jouent le mauvais rôle. Surtout un féroce gros verrat de race Berkshire qui est sensé représenté ni plus ni moins que Joseph Staline, le méchant du livre. Mais ce qui est intéressant est le nom donné à ce dernier.

Dans l’édition anglaise d’origine, le choix d’Orwell s’est porté sur le nom de Napoléon, qui illustre bien l’image véhiculée dans le monde anglo-saxon par l’Empereur qui aurait confisqué la Révolution Française dans son propre intérêt. Ce choix montre également que l'ouvrage ne se limite pas uniquement à critiquer la Révolution russe, mais s'étend au-delà, au niveau des régimes autoritaires et totalitaristes.


Illustration de la Ferme aux animaux avec le cochon Napoléon

Par contre, dans l’édition française, le vilain porc se voit affublé d’un autre pseudonyme destiné à ne pas heurter la sensibilité française, toujours fier de sa figure légendaire napoléonienne. Il porte alors le doux nom de César. De plus, comme nous l'avons expliqué dans une précédente anecdote, il est toujours interdit actuellement en France d'appeler son cochon Napoléon, vu que le Code civil le mentionne toujours; lequel a été rédigé sous l'égide d'un certain Bonaparte...

Dans l'édition italienne, le pourceau conserve son nom d'origine, Napoleone...

Contact

Frank Grognet Nivelles
Belgique
hussardises@gmail.com