Martyre de la presse

31/10/2016 11:12

Il est parfois dangereux d'écrire des vérités qui ne plaisent pas à tout le monde; surtout si ces derniers détiennent le pouvoir ou disposent de la force.

C'est ce qu'a appris à ses dépens Johann Philipp Palm, libraire à Nuremberg après avoir fait publier dans sa maison d’édition le pamphlet antifrançais L’Allemagne et son humiliation profonde, pour lequel il fut condamné à mort.

Nous somme en mars 1806 et les troupes françaises occupent la ville de Nuremberg. En juillet, des officiers français découvrent le pamphlet chez Palm. Il s'agit d'une œuvre de 144 pages appelant à la résistance contre les Français et leurs alliés bavarois. C'est le commandant en chef français Jean-Baptiste Bernadotte qui fait incarcérer Palm à la forteresse de Braunau am Inn. Bien qu’il eût clâmé plusieurs fois son innocence, Palm fut condamné à mort le 25 août 1806. Il fut fusiller le lendemain. Alors que les deux premiers coups de feune firent que le blesser, seul le troisième coup de feu lui fut fatal.

Jusqu'à sa mort, Palm cacha le nom des vrais auteurs du pamphlet. Une statue a été érigée en son honneur à Braunau en 1866. De plus, une Fondation Palm a été créée qui décerne tous les deux ans le Prix Johann Philipp Palm Pour La Liberté de la Presse et d’Opinion.

Contact

Frank Grognet Nivelles
Belgique
hussardises@gmail.com